Une invitation à la marche afghane …

 

J’aime marcher … Écouter le silence dans la Nature, ressentir mon propre corps et ma respiration, marcher en méditant. Ce sont des moments privilégiés de joies simples que je déguste dans l’instant présent.
Pourquoi je marche ?
Sur les chemins des Vosges, je me sens proche de mes racines ; sur le chemin de saint Jacques, c’était une quête personnelle et aller à la rencontre de moi-même ; dans les déserts africains, j’étais attiré par la beauté des lieux et par ce silence pénétrant et omniprésent ; sur les hauteurs de l’Himalaya, au Ladakh, j’étais impressionné par les grands espaces et par la « personnalité » de ces montagnes qui dégagent une puissance.
Vous en convenez, les motifs pour se mettre sur le chemin sont multiples.
img_0939
Au delà de la beauté des paysages qui s’étale devant mes yeux, c’est aussi et surtout un bien-être que je ressens, une vitalité nouvelle et une détente qui s’installent  en moi.
Je parle de vitalité, car je pratique cette technique de marche, à savoir la marche afghane, dans la conscience de ma propre respiration.Elle est basée sur une synchronisation de la respiration avec le rythme des pas et s’adapte à l’effort à fournir et aux difficultés du terrain.
Je prends conscience du rythme régulier de mon souffle et progressivement je m’installe  dans la détente et la vitalité.
Je me sens plus « vivant » , plus présent, habité par une joie simple de marcher et de respirer.
Être dans le ressenti d’un rythme respiratoire juste et adapté à l’instant présent, tel est le sens même de la marche afghane.
Dans la marche afghane, il existe différents rythmes respiratoires. Dans une montée douce, par exemple,  on utilise le rythme 3/3. J’inspire sur 3 pas et j’expire sur 3 pas. Cela parait simple mais n’oublions pas de respecter un certain nombre de principes :

    • La respiration se fait toujours par le nez, dans l’aisance  et dans la détente physique et émotionnelle.
    • Je porte mon attention sur ma respiration, dans un rythme fluide et continu d’inspirations et d’expirations.
    • Et puis … le plaisir de respirer.

Dans ces moments, j’éprouve une sensation de non-effort, connecté à mon rythme naturel et régulier de respiration.
Ressentir que dans l’inspiration je me nourris de l’Énergie de Vie  et que dans l’expiration je m’autorise la détente , le lâcher prise … ce sont des moments privilégiés de présence à soi et à sa respiration. C’est le Yin et le Yang  dans un rythme harmonieux !

A n’en pas douter, la marche afghane est une méditation  en marchant. C’est une présence à soi et les bienfaits sont multiples C’est un antidote puissant contre le stress ambiant et procure un bien être général par une suroxygénation de tout l’organisme.
Alors, il ne reste plus qu’à se mettre sur le chemin, prendre du plaisir à marcher, à respirer et de vivre pleinement ces moments.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.